Demandes d'augmentations permanentes

Publié le par Michel Boisgerault

Les augmentations permanentes

C’est le chien qui coure après sa queue

Une société ne peut pas être régler par les augmentations

Changeons de système allons vers la stabilité

Pour régler la société, Il serait préférable de constituer une stabilité, que le toujours plus des syndicats, des patrons, et spéculateurs Nous savons très bien que toutes augmentations entrainent automatiquement le système de tout augmenter pour faire face. (C’est le chien qui coure après sa queue) pour aller dans le mur Les syndicats, les patrons, les spéculateurs tous sur les même chemins.

Commenter cet article